samedi 10 décembre 2016

Caldwel "Long Life The King" Marquis

Cigare dominicain

Longueur : 15,24 cm (6")
Diamètre : 2,38 cm (cepo 60)

Module : Gordo

Cape : République dominicaine (Corojo)
Sous-cape : République dominicaine (Corojo)
Tripe : République dominicaine (Corojo Ligero), Péru (Visio Pelo de Oro) et Nicaragua (type Habano Ligero)

Civette : La Maison du Cigare (Liège)





Prix : € 14



Ce cigare présente une construction remarquable... La feuille de cape est assez grasse et de belle qualité. par contre, le remplissage me semble un peu trop ferme...

Et lorsque la tête se termine en perilla je suis sous le charme ! 

La bague ornée d'un enfant portant la couronne royale dorée en relief contribue aussi à cette finition...parfaite (on peut le dire).







Allumé à la flamme douce, notre Marquis dégage une fumée fort odorante et assez dense.

Les épices bien dominantes à l'allumage baissent d'intensité assez rapidement (après quelques bouffées).







Le tirage est parfait, juste la résistance qu'il faut.

Les arômes sont terreux (et épicés).

La cendre est compacte, solidaire au cigare.







Oui, j'ai sorti (en plus de l'écharpe) les mitaines très pratiques pour garder les mains au chaud tout en gardant le "toucher" du cigare.

Au cours du second tiers, l'amertume fait une (timide) apparition...et se maintient. Heureusement rien de dérangeant à ce stade.

La combustion est bien régulière.

A mi-parcours, les saveurs assez terreuses du départ glissent vers des saveurs plus boisées.






En attaquant le second tiers, l'amertume grandit... J'ose espérer que son évolution s'arrêtera ici.

L'amertume se maintient, donc, je dégaze lors du dernier tiers...

La puissance est montée de deux crans et l'amertume a baissé de deux également.






Je découvre alors un délicieux goût de chocolat noir intense et amer qui terminera la dégustation en beauté.

Le premier que j'ai fumé de la série m'a plus convaincu (je n'ai pas retrouvé les saveurs de barbecue perçue sur "The King is Dead" malheureusement). Néanmoins, ce Marquis est une réussite.



Cote : 39 / 50 (4-22-5-5-3)

jeudi 8 décembre 2016

Cigar Sense



A l'aire du numérique, je vous propose de découvrir un site intéressant : Cigar Sense.





(Cliquez sur les images pour accéder aux sites)



Cigar Sense est aussi présent sur 

et










dimanche 4 décembre 2016

Ramon Allones "Phoenicia 35" Exclusivo Libano

Cigare cubain

Longueur : 13 cm
Diamètre : 2,18 cm (cepo 55)

Nom de galère : Montesco

Cape, sous-cape et tripe : Cuba

Civette : LCDH de Bruxelles



Prix : € 20



Pour célébrer mon 100è compte-rendu de cigares cubains, je voulais proposer un cigare exceptionnel...et j'ai trouvé ce cigare !

Lors de la visite de mes amis parisiens du forum (club) P1P2C samedi 26 novembre, vous aurez constaté sur les photos que nous avons dégusté à l'unisson ce R.A. Phoenicia 35 dans le salon fumoir de La Casa del Habano de Bruxelles.

Etant plus concentré sur les discussions avec les membres, le Président mais aussi Michael de la Casa del Habano, je n'ai pas pris de notes durant la dégustation de ce cigare pour un compte-rendu en bonne et due forme. Bon j'admets que les essais du dernier Grand Prix de F1 diffusés dans le salon fumoir y sont aussi pour quelque chose...

Les photos manquent également. 

Voici dans les grandes lignes mon ressenti de ce cigare : 

Tout d'abord, nous l'avons fumé après un bon repas (carbonnades flamandes, frites et bières belges)...et tant mieux. En effet, le cigare démarre relativement fort et je pense qu'attaquer la "bête" le ventre vide serait une erreur. La puissance est bien présente dès l'allumage...pas besoin de préchauffage pour sortir les chevaux (ou plutôt les phénix) de ce Ramon Allones.

Le Phoenicia 35 offrira des arômes bien épicés, riches, torréfiés développés dans une fumée dense et intense.

Si je dois relever un bémol, ce serait la combustion irrégulière sur presque tous les exemplaires fumés collégialement.

Je dois impérativement en re-fumer (quelques-)un(s) pour vous offrir un "vrai" compte-rendu détaillé.



Cote : 45 / 50 (5-30-5-3-2)


vendredi 2 décembre 2016

La bière belge : patrimoine culturel immatériel de l'humanité !



Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a reconnu ce 30 novembre 2016 la "bière belge", par conséquent l’UNESCO a inscrit la culture de la bière en Belgique sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.


"Immatériel" me direz-vous? Oui...malgré la présence de délicieux houblons plus matériels qu'immatériels... 😃





(crédit photo : Reuter)




Ma chère Belgique brassicole a encore de beaux jours devant elle et cet événement majeur renforce son image internationale...que dis-je : sa RENOMEE internationale.

Selon la Convention UNESCO de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le patrimoine culturel immatériel englobe les traditions héritées de nos ancêtres et toujours pratiquées grâce à la transmission de génération en génération (arts du spectacle, pratiques sociales, rituels, événements festifs, savoir-faire artisanal…). Ce patrimoine est représentatif d’une identité et d’une grande diversité culturelle.

Pour l’inscription de sa bière, Bruxelles avait argumenté qu’avec près de 1 500 types différents sa fabrication et son appréciation faisaient « partie du patrimoine vivant de plusieurs communautés réparties dans l’ensemble de la Belgique ».
La Région de Bruxelles et les trois Communautés (Wallonie-Bruxelles, flamande et germanophone) attendaient cette reconnaissance depuis des années.
« Cette culture joue un rôle dans leur vie quotidienne et lors des événements festifs », a souligné l’UNESCO.

La culture de la bière fait partie de l'ADN belge par delà toutes nos spécificités linguistiques et autres… Elle est omniprésente dans le pays. Chaque province compte des brasseries, des associations de zythologues, des musées, des restaurants et des bistrots, et organise des formations, des événements et des fêtes qui contribuent à la créativité et à la diversité dans le monde de la bière en Belgique. Différentes pratiques ont une origine locale. Les gueuze-lambics sont toujours brassées à Bruxelles et dans le Pajottenland, selon le principe de la fermentation spontanée. Les bières Saison sont brassées surtout en Wallonie, les bières « vieilles brunes » en Flandre occidentale, tandis que les fromages lavés à la bière ont vu le jour dans les abbayes, comme par exemple à Chimay. N'oublions pas non plus les Trappistes: la Belgique en compte six…





Sur ce, je m'en vais fêter ça dignement ... avec un breuvage houblonné, vous vous en doutiez non?








dessin du caricaturiste et humouriste belge Dubus







pensée de l'écrivain belge Hugo Poliart

mercredi 30 novembre 2016

Fidel Castro (13 août 1926 - 25 novembre 2016)






Dessin du caricaturiste belge Pierre Kroll



Fidel Alejandro Castro Ruz , né le 13 août 1926 à Birán dans la province de Holguín et mort le 25 novembre 2016 à La Havane, est un chef d'État cubain. 

Il est un des principaux dirigeants de la Révolution cubaine (qui renversa le régime dictatorial du général Fulgencio Batista), successivement Premier ministre de l'île de février 1959 à décembre 1976, puis président du Conseil d’État de Cuba (chef de l'État) depuis la création de cette fonction et également président du Conseil des ministres (chef du gouvernement), jusqu'à sa démission pour des raisons de santé en février 2008. 

Le 24 février 2008, l’Assemblée nationale a élu son frère Raúl Castro pour lui succéder comme chef de l'État. Ce dernier assume l'intérim du pouvoir depuis le 31 juillet 2006. 

Fidel Castro occupe la fonction de Premier secrétaire du Parti communiste de Cuba, de la création de celle-ci en 1965 jusqu'au 19 avril 2011, date à laquelle Raúl Castro lui succède à ce poste.

Son gouvernement est régulièrement dénoncé dans les médias occidentaux comme étant une dictature. Plusieurs observateurs et ONG comme Amnesty International ont critiqué des dérives autoritaires. Le journaliste cubain en exil Jacobo Machover parle même de « pouvoir absolu ».

(source : Wikipédia)



Anecdote relative "au cigare de Fidel Castro" (car c'est ce qui nous intéresse, et non son passé de dictateur) : 

Cohiba, avant d'être une marque, était LE cigare que fumait Fidel Castro.

Un soir de janvier 1963, Fidel se retrouvant sans cigare, Chicho - son garde du corps - lui a proposé l'une des fumas (cigare que se roule le torcedor) que lui avait offerte son neveu par alliance, Eduardo Rivera. Une fuma que "le Comandante" apprécia tant qu'il en fît "son" cigare. 

Quelques mois plus tard, à l'initiative de Celia Sanchez, Chicho et Rivera seront chargés de créer un école pour torcedores où seront roulés ces havanes qui sont aujourd'hui, connus sous le nom de Lanceros

En 1966, le "cigare de Fidel" reçut un nom: Cohiba, le nom qu'utilisaient les Indigènes, à l'arrivée de Christophe Colomb, pour désigner le tabac. En 1970, l'école devient une manufacture et Cohiba une marque à part entière. Cette marque sera longtemps confidentielle, très peu commercialisée, jusqu'à son lancement international en 1982.



lundi 28 novembre 2016

Les parisiens du Club P1P2C sont montés à Bruxelles...





Contacté il y a plusieurs semaines par le président du Club "Pour une Poignée de Cigares" (P1P2C), j'ai concocté une journée "visites de civettes" et "dégustations de cigares" pour mes 7 compagnons français.

Après l'arrivée en Thalys à la gare de Bruxelles-Midi et en train "classique" pour moi, nous avons pris la direction de notre première civette... Sur le chemin (que nous avons effectué à pied), la première halte sera place du Sablon pour prendre le (petit) déjeuner.






Le dernier arrivé (qui a pris le Thalys suivant) nous a rejoint sur place. 

L'équipe au complet : Antoine C., Frank F., Julien C., André B., notre Président 😊, Eric D., Andry R. et moi-même.

C'est parti pour une promenade dans les rues de Bruxelles avec déjà un premier arrêt juste en face de notre première halte, à savoir la vitrine de la boutique Davidoff du Sablon : 




Après une bonne demi-heure de marche, nous poussons la porte de notre première "chapelle" : Le Roi du Cigare.  Le Roi lui-même m'avait prévenu de son absence mais l'accueil réservé par Nathalie était tout aussi chaleureux.


Le premier cigare acheté sur place et fumé directement dans le salon fumoir fut un Tatoo Adivinos (accompagné du breuvage évidemment).








Après avoir remercié Nathalie, nous reprenons la route (ou plutôt les trottoirs) à la recherche du lieu de notre repas de midi. Tombé sur le resto-bar Arion (situé non loin de la Casa), la carte proposait des carbonnades flamandes et des boulets à la liégeoise : exactement ce qu'il fallait pour découvrir des spécialités culinaires de mon plat pays.

Au menu ce fut donc 6 carbonades flamandes et 2 boulets à la liégeoises...accompagnés d'une bonne bière belge : Triple Karmeliet pour la majorité, suivie d'Orval, de Chouffe, de Westvletteren..et de San Pellegrino !








Repus, nous reprenons la route pour quelques minutes. En effet notre seconde "chapelle" n'était qu'à une poignée de cigares minutes. 






Accueillis comme il se doit par Michaël et Ali, nous commençons par choisir quelques cigares dans le walking-humidor avant de prendre place dans le salon fumoir. 


Dimitri (membre du forum P1P2C) avec qui je fume régulièrement le cigare à LCDH de Bruxelles nous attendait sur place (ci-dessous, debout dans son rôle de "sorteur" à l'entrée du fumoir) :







Le cigare choisi fut le Ramon Allones Phoenicia 35 "Exclusivo Libano", un cigare relativement puissant mais bien équilibré. Et lorsqu'il m'est offert par le Président, c'est certain qu'il n'en est que meilleur ! 😀




En arrière plan les essais qualificatifs du dernier grand prix de la saison de F1. Nico Rosberg se rapproche du titre de champion de la saison 2016... Mais là je m'égare de notre sujet. 





Ensuite, retour sur nos trottoirs bruxellois en direction de la Grand Place. La nuit tombe sur la capitale. 


Le Manneken Pis




Une photo de la Grand Place ornée de son sapin :



La troisième chapelle fut la civette de La Tête d'Or. Malheureusement Philippe Bornauw le tenancier n'était présent. L'ancien patron, Basile, tenait la boutique ce samedi.





La French Team au complet (en terrasse d'un pub irlandais) : 




Cette journée mémorable ne sera certainement pas la dernière du genre pour mes amis parisiens du Club "Pour une Poignée de Cigares".